Acces rapide

Les Actions

Accueil > Le Smage > Les Actions > L’entretien des atterrissements

Les îlots et bancs de graviers caractéristiques des rivières méditerranéennes sont dénommés atterrissements (amas de terre, de sable, de graviers, de galets apportés par les eaux, créés par diminution de la vitesse du courant – EauFrance). En se végétalisant, ces atterrissements se « fixent » et, en déportant le courant sur la (ou les) rive(s) opposée(s), contribuent aux érosions latérales et ainsi à la mobilité naturelle du cours d’eau.

Les atterrissements sont la matérialisation et un des moteurs du transport solide, élément clé de l’écosystème rivière qui a été gravement altéré par les extractions de graviers pour la construction dans les années 1960-70.

La présence de zones urbaines, d’infrastructures collectives ou de cultures agricoles sur certaines portions de cours d’eau rend problématique cette mobilité latérale et le maintien d’une section d’écoulement des crues courantes est indispensable à la gestion équilibrée du risque.

La gestion du cours d’eau vise alors les objectifs complémentaires suivants :

  • maintenir une section cohérente de l’amont vers l’aval, en lit principal ou via des chenaux secondaires de décharge, afin de limiter les débordements et les érosions lors des crues fréquentes ;
  • accompagner les phénomènes de transport solide en favorisant la reprise et la circulation des matériaux de l’amont vers l’aval ;
  • favoriser la création ou le maintien des facies d’intérêt écologique (ripisylve, bras morts, mares, lits en tresse…) en favorisant la diversification des écoulements en lit moyen.

 

Le SMAGE des Gardons a défini pour chaque atterrissement du bassin versant un ou des chenaux d’écoulement secondaire à maintenir dévégétalisés.

Trois grands types d’interventions sont programmés sur les atterrissements et les chenaux secondaires d’écoulement : le débroussaillement (broyage de la végétation), la scarification (extraction des systèmes racinaires puis broyage) et le transfert de déblais par régalage  (création de tranchés érosives, transfert local de matériaux, dégagement ponctuel d’arches de ponts).

Les travaux sur les atterrissements s’accompagnent de travaux de restauration forestière ou de gestion des espèces invasives.

Le SMAGE des Gardons intervient dans le cadre d’un programme pluriannuel de travaux qui prévoit une dépense moyenne annuelle de 50 000 € subventionnée par l’Agence de l’Eau et le Syndicat Mixte Départemental du Gard.

En complément des travaux, des levés topographiques sont réalisés sur les sites les plus sensibles : traversée urbaine d’Anduze, Brignon, Estréchure,… Les données topographiques permettent de mieux comprendre la dynamique des atterrissements et de définir des travaux adaptés.

Les travaux concernent plus de 100 sites sur les Gardons principaux, ainsi que sur des affluents (Droude, Merlançon, Seynes, Alzon, Bourdic...). Les traversées urbaines (Anduze, La Grand Combe…)  bénéficient d’interventions plus régulières compte tenu des enjeux présents.